PGA (Plan Général d’Affection)

Réalisation: 2017 -

Révision du Plan général d’affectation et de son règlement

Le plan général d’affectation a pour objectif de traduire sous forme de règles contraignantes, les principes de développement de la ville que les autorités se sont données en adoptant leur plan directeur communal. Le PGA en vigueur a été approuvé le 2 mars 1990. Le cadre légal ayant évolué notamment avec la Loi fédérale sur l’aménagement du territoire (LAT), une révision est en cours. Le dossier est actuellement en examen préalable auprès du canton.

Ce nouveau PGA, aura la volonté de mieux répondre aux nouveaux défis de l’aménagement du territoire tels que la densification vers l’intérieur et à proximité des transports publics mais également aux besoins de la population morgienne qui ne cessent d’évoluer. Il permettra aussi de simplifier et d’unifier la règlementation sur le territoire morgien et d’intégrer les mesures adéquates pour assurer un développement durable. De plus, toutes les communes vaudoises doivent répondre à l’obligation du canton de réviser leur PGA avant 2021 afin de les mettre en conformité avec le contexte actuel de planification.

Les 3 intentions de la révision du PGA morgien sont les suivantes :

  • Mettre l’intérêt public au centre des réflexions du Plan général d’affectation
  • Établir un PGA capable de mettre en valeur les qualités spatiales de Morges
  • Reconnaître les ambiances urbaines comme le fondement des zones d’affectation

À cet effet, trois « safaris urbains » ont été organisés dans la commune le 16 avril 2016 dans le cadre d’une démarche visant à amener la population à relever les qualités et problématiques de l’aménagement urbain à Morges, afin de les prendre en compte lors de la révision du PGA. Ceux-ci ont attiré entre 70 et 80 personnes provenant de quartiers divers qui ont tous pu s’exprimer durant les différentes promenades proposées.

Dans les zones centre, des souhaits de conservation de bâtiments ou de murs anciens ont été relevés, de même que le vœu d’affecter les rez-de-chaussée à de la mixité fonctionnelle et de l’animation. Il y eut également le besoin de valoriser les habitants et les piétons dans les cœurs d’îlots et d’y renforcer les aménagements et les cheminements piétonniers.

Au sein des zones d’habitation, la préservation des jardins et de leurs richesses végétales et le renforcement de la mise à disposition de terrains pour les plantages a été relevée comme importante aux yeux de la population, de la même manière qu’encourager la réalisation d’espaces de rencontre ou de jeux accessibles au public ou encore développer les logements tout en renforçant la présence d’activités. Concernant les constructions, il a été jugé important de préserver les gabarits existant tout en permettant une certaine souplesse architecturale dans certains quartiers et en évitant la « colonisation » des frontages par le stationnement.

Les éléments issus de la démarche ont été pris en compte dans le cadre du travail de révision du PGA. Ces safaris urbains ont été très utiles afin de déceler ces différents points et de pouvoir concevoir un PGA au service des préoccupations des habitants.

Adresse de contact

Top